Blockchain Daily News - DLT, token, ICO, crowdsale journal
Blockchain Dail Blockchain Dail

Blockchain Daily News - DLT, token, ICO, crowdsale journal

 
              

La révolution de l’ICO “Initial Coin Offering” et des Organisations Autonomes Décentralisées


C’est la mode, la bulle !, du moment dans le milieu de la tech et de l’entreprenariat : l’ICO, pour “Initial Coin Offering”, ou “Offre de Monnaie Initiale” a permis à plusieurs projets de lever des millions de dollars, en quelques minutes parfois !






Principe : une entreprise, ou juste un projet, crée une cryptomonnaie (comme BitCoin), et met en vente cette cryptomonnaie contre des vrais € ou $.

L’intérêt pour les acheteurs ? ils pourront accéder aux services ou aux biens créés par le projet grâce à la cryptomonnaie qu’ils ont achetée. Par exemple, Storj offre une solution de stockage de données chiffrées et distribuées. Elle utilise sa propre cryptomonnaie “STORJ” pour permettre d’accéder au service.

L’ICO est donc une manière de lever de l’argent, un peu comme une introduction en bourse (IPO en Anglais), ou comme du “crowdfunding” : l’émission de la cryptomonnaie permet d’accéder en retour à certain services définis à l’avance, de manière instantanée, sécurisée, sans la nécessité de recourir à un tiers de confiance.

C’est donc aussi le support qui permet d’organiser les échanges de services entre entités et/ou individus. Et c’est là que ça devient encore plus intéressant car on peut imaginer la création de projets où toutes les interactions se basent sur des échanges de cryptomonnaies propres à ce projet.

Par exemple, Slock.it permet à des objets connectés de se faire confiance et d’échanger des services entre eux, en se payant grâce à une cryptomonnaie. Les objets connectés acquièrent alors une indépendance forte, qui va donner du fil à retordre aux juristes de tout poil !

Mais on peut aussi imaginer une entreprise, dont le capital ne serait plus constitué d’actions, mais d’une cryptomonnaie ! La création serait simplifiée, à coût très faible, et le fonctionnement également fluidifié car les processus de décision peuvent être gérés par des votes utilisant le vecteur de la cryptomonnaie, qui peut faire office dans ce cas de “smart contract”. Autre intérêt de l’ICO : contrairement à l’IPO (introduction en bourse/offre publique à l’épargne), elle est à ce jour non-régulé par les lois, et offre donc une liberté totale.

On arrive alors au concept d’Organisation Autonome Décentralisée, qui permet à des acteurs de tous horizons, de s’unir pour créer un projet commun, en se reposant pour leurs intéractions et leurs décisions sur une infrastructure propre

de blockchain/cryptomonnaie. Le projet “Bitnation“, qui a comme objectif de recréer une nation globale décentralisée, en est un exemple intéressant, ainsi que TheDAO.

Intéressé pour créer votre propre ICO ? Créez-la avec Ethereum, sur Waves, ou avec l’assistance de Chaineum !

Les ICOs en cours sont visibles sur ICOBazaar.

-------------------------------------------------------------
NDLR #1 du 21 juillet 2017 :
A la suite de cet article il nous a été précisé que l'AMF et la SEC semblent avoir précisé leur position récemment, en assimilant une ICO à un appel public à l'épargne, ce qui en ferait donc une opération soumise à forte réglementation.
C'est justement parce qu'un tel risque existe que nous avons publié le 12 juin dernier l'article Initial Coin Offering - ICO et Régime des Offres au public de titres
Ainsi que le 6 juillet un second article Les points d’attention juridique pour réussir son ICO où nous parlons également du risque US .
C'est dans le but précis d'avertir la communauté que tu nous avons publié ces 2 précédents articles.
Laurent Leloup - directeur des publications Finyear & Blockchain Daily News
-------------------------------------------------------------

À propos de Gaël Duval

Je suis né en 1973 et suis sorti diplômé en Informatique de l’Université en 1997 (DESS Réseaux et Applications Documentaires). En 1998 j’ai créé le système Linux-Mandrake, qui a été la première distribution Linux à se préoccuper sérieusement de l’expérience utilisateur et plus généralement de la facilité d’utilisation, 7 ans avant Ubuntu en fait. A la suite de l’énorme succès du premier lancement, j’ai co-fondé MandrakeSoft en 1999, société qui s’est introduite en bourse en 2001. Linux-Mandrake est devenue plus tard Mandriva Linux après l’acquisition de la société brésilienne Conectiva, puis fut racheté en 2010 par un fond d’investissement Russe. La distribution Linux existe toujours, officiellement comme “OpenMandriva“, et sous différentes versions forkées (notamment Mageia et PCLinuxOS).

Lire la suite...

© Copyright Blockchain daily News. Propos recueillis par la rédaction de Finyear.

Lisez gratuitement :

BLOCKCHAIN DAILY NEWS

Le quotidien Blockchain Daily News :
- Blockchain Daily News

Sa newsletter quotidienne :
- Blockchain Daily News Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Blockchain daily News, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Blockchain révolution.

Sa lettre mensuelle digitale :
- The Chief Blockchain Officer


FINYEAR

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

Sa newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation & Digital transformation.

Ses 5 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief FinTech Officer
- The Chief Digital Officer

Finyear magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour choisir de recevoir un ou plusieurs médias Finyear


Friday, July 21st 2017
Rate it


New comment:

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More on Blockchain Daily News




Recevez la newsletter quotidienne


Cryptocurrencies


Lettre mensuelle


Conferences


Liens utiles


Actus Nasdaq