Blockchain Daily News - DLT, token, ICO journal quotidien
Blockchain Dail Blockchain Dail
Blockchain Daily News - DLT, token, ICO, crowdsale journal
              

La blockchain sort de sa phase d’expérimentation


82% des établissements financiers traditionnels prévoient de renforcer leurs partenariats avec les Fintech d’ici 5 ans






Dans sa dernière étude sur les Fintech intitulée « Redrawing the lines: Fintech’s growing influence on Financial Services », le cabinet de conseil et d’audit PwC révèle que plus de 80% des banques, assurances et sociétés de gestion internationales prévoient de renforcer leurs partenariats avec des Fintech dans les trois à cinq prochaines années. Les établissements financiers traditionnels choisissent donc la collaboration avec les Fintech alors que 88% d’entre eux s'inquiètent de perdre une partie de leur activité au profit de ces nouveaux acteurs. En moyenne, les entreprises multinationales estiment même qu’un quart (24%) de leur chiffre d'affaires est aujourd’hui menacé.

Selon la plateforme DeNovo de PwC, les start-up dans les Fintech ont attiré 40 milliards de dollars d’investissements cumulés dans le monde ces quatre dernières années. PwC souligne que les sociétés financières prévoient un retour moyen sur investissement de 20% sur leurs projets en lien avec les Fintech.

La recherche d’innovation, moteur de la collaboration entre établissements financiers traditionnels et Fintech

Après un temps de défiance vis-à-vis des Fintech, les établissements traditionnels prennent pleinement conscience des enjeux face à ces transformations technologiques rapides et perçoivent ces nouveaux entrants comme des alliés potentiels. Dans le monde, 45% des acteurs traditionnels déclarent avoir engagé des partenariats avec des Fintech en 2017 (vs 33% en 2016).

Au cours des 5 prochaines années, 82% des répondants prévoient d'augmenter leurs partenariats avec des Fintech dans le but de solutionner des problématiques technologiques et clients, et ils sont 77% à vouloir renforcer leurs efforts internes en matière d’innovation.

Selon Charles-H. de Maleville, Associé spécialiste des Fintech chez PwC : « La collaboration avec les Fintech, et plus généralement l’innovation, ne consiste pas à suivre le mouvement. Il s'agit au contraire pour une banque ou une société d’assurance de trouver la manière la plus efficace de mener à bien sa stratégie, tout en améliorant son service client. Les clients devraient commencer à ressentir les effets d'un rapprochement toujours plus étroit entre établissements financiers et Fintech. Les frustrations ressenties et les coûts supportés à chaque interaction avec leur banque finiront par être dépassés lorsqu'ils éprouveront la satisfaction d’avoir face à eux des entreprises plus efficaces et rationalisées, qui leur proposent des produits personnalisés et davantage adaptés à leurs besoins et dont l'accès est grandement simplifié. »

Les nouveaux services des Fintech, entre risques et opportunités pour les acteurs traditionnels du secteur

Malgré ces nouvelles alliances, les acteurs traditionnels des services financiers sont encore 82% à estimer qu’ils pourraient perdre une partie de leurs activités au profit des Fintech (vs 83% en 2016). Selon eux, les activités sur lesquelles les Fintech devraient être les plus présentes d’ici 2022 seraient les activités de paiement (pour 68% des répondants), les prêts personnels (58%) et les transferts de fonds (56%).

Ceci est compréhensible au regard des attentes et nouveaux comportements des consommateurs qui utilisent de plus en plus de services offerts par les Fintech. Pour 84% des répondants dans le monde, les premiers services innovants utilisés aujourd’hui par les consommateurs sont relatifs aux paiements, pour 68% d’entre aux transferts de fonds et pour 60% à la gestion des finances personnelles.

Néanmoins grâce aux Fintech, les banques, assurances et sociétés de gestion internationales pourront externaliser certains pans de leur R&D et ainsi proposer plus rapidement de nouveaux produits et services répondant aux demandes des clients. 60% des répondants dans le monde estiment que l’émergence des Fintech représente une opportunité de développer leur gamme de produits et services quand 46% d’entre eux y voient l’occasion de développer leur potentiel en data analytics.

Cette prise de conscience vis-à-vis des nombreuses potentialités offertes par les Fintechs bouleverse en profondeur les sociétés traditionnelles qui tentent d’intégrer ces nouveaux services ; en 2017, 31% d’entre elles déclarent vouloir le faire (vs 22% en 2016).

En parallèle, les investissements dans les Fintech explosent et, selon les chiffres de la plateforme DeNovo (2) de PwC, les start-up qui cherchent à intégrer l’intelligence artificielle (IA) aux services financiers font l'objet de financements importants, qui avoisinaient en moyenne un milliard de dollars par an sur les deux dernières années. L'étude montre que les banques, les sociétés de gestion et les assureurs utiliseront l’IA ainsi que les outils de gestion des données et d’analyse qui la sous-tendent pour interagir quotidiennement avec leurs clients et les guider sur les meilleures décisions à prendre : 57% des établissements financiers français prévoient d'investir dans l'IA en 2017 (vs 34% au niveau mondial) et 52% prévoient d'investir dans la robotique (vs 30% au niveau mondial).

Pour Charles-H. de Maleville : « Le secteur des services financiers a désormais pleinement adopté les Fintech pour favoriser sa transformation et son innovation, qu'il s'agisse de s’associer à des start-up spécialisées dans ce domaine, de financer des incubateurs « maison », de déployer des nouvelles solutions ou encore de tester des applications dans des domaines tels que la blockchain. Si certaines réussites sont fulgurantes, la plupart demande autant d’efforts que d’inspiration. L’intégration des Fintech est autant une question de transformation des méthodes de travail et d'adéquation des cultures entre Fintech et acteurs historiques que de déploiement de nouvelles technologies. »

La technologie blockchain s’impose et sort de sa phase d’expérimentation

Le secteur des services financiers, qui a longtemps vu la blockchain avec défiance pour son caractère disruptif, perçoit aujourd’hui les opportunités qu’elle offre. PwC met en évidence le fait que la blockchain devient une réalité tangible et que ses applications devraient rapidement se généraliser. En effet, plus de 77% des établissements financiers internationaux prévoient d'adopter la blockchain dans leurs systèmes de production d’ici 2020.
La blockchain sort de sa phase d’expérimentation

Grâce aux économies substantielles dans le back-office et aux gains qu’elle promet en termes de transparence, cette technologie devrait attirer toujours plus d’investissements à mesure que les établissements financiers constateront sa capacité à leur assurer une croissance pérenne. Le financement des Fintech de la blockchain a atteint 450 millions de dollars dans le monde en 2016 (+79% par rapport à l’année dernière) et près d’un quart (24%) des établissements financiers internationaux déclarent aujourd'hui connaître « extrêmement bien » ou « très bien » cette technologie.

D'après Marie-Line Ricard, Associée responsable du Blockchain Lab chez PwC : « Nous sommes en train d’assister à l’adoption rapide de la blockchain par les acteurs de la finance. A la fin de l’année 2016, une grande banque européenne a effectué des paiements instantanés entre deux clients situés dans deux pays différents grâce à la blockchain. Cet exemple souligne les bénéfices de cette technologie de rupture pour les acteurs traditionnels : réduire les coûts et les délais mais aussi supprimer tout risque d’erreur dans la transaction. »

Une nécessaire mise en conformité réglementaire et une adaptation technique et managériale entre acteurs

Si les acteurs traditionnels de la finance et les Fintech sont amenés à travailler davantage ensemble sur des sujets tels que les paiements instantanés permis par la blockchain, de nombreux freins persistent.

Pour les établissements financiers, des difficultés émergent en matière de stockage de sécurité informatique pour (58% des répondants) mais aussi d’incertitudes réglementaires (54%) et de différences de management et de culture d’entreprise (40%).
Du côté des Fintech, les différences de management et de culture avec les autres entreprises du secteur représentent la principale difficulté qu’elles rencontrent (55% des répondants), juste devant les incertitudes réglementaires (48%).

La règlementation devient une source de préoccupation pour les Fintech, comme pour les acteurs traditionnels du secteur. Ces nouveaux intermédiaires financiers sont donc appelés progressivement à se mettre en conformité avec la réglementation française et européenne.

La révision de la DSP2 (Directive sur les Services de Paiement de l'Union Européenne) encourage le mouvement des Fintech en assouplissant les règles mais elle leur impose aussi soit d’obtenir l'agrément « Etablissement de paiement de monnaie électronique », soit de passer par un prestataire gérants les transferts pour être assimilées établissements bancaires et ainsi opérer des transactions financières au même titre qu’une banque.

Pour Sébastien d’Aligny, Directeur Conformité chez PwC : « Toutes les Fintech qui interviennent sur les activités bancaires en tant que prestataires de services de paiement sont dorénavant régulées. Elles doivent respecter les obligations réglementaires mais tout l'enjeu est de ne pas tomber dans les lourdeurs que connaissent les institutions traditionnelles. »

Méthodologie
1. L'étude « Global Fintech » de PwC s’appuie sur une enquête menée dans 71 pays répartis en six grandes régions, auprès de 1 308 participants, parmi lesquels des dirigeants, des responsables de l’innovation, des directeurs de systèmes d’information et des membres de directions générales en charge des évolutions numériques et technologiques, tous actifs dans diverses branches des services financiers (banque, gestion d'actifs, paiements, assurance, réassurance et Fintech). Si la majorité des répondants appartiennent à de grandes entreprises, les PME sont également représentées dans l’enquête.
2. L'étude intègre également des conclusions et des données exclusives issues de la plateforme DeNovo de PwC. Cette plateforme fournit des services de conseil à la demande sur les Fintech et les technologies émergentes. Elle peut être utilisée pour chercher des analyses sur des start-up, des technologies émergentes ou des secteurs donnés.

Pour aller plus loin, téléchargez ci-dessous l'étude "Redrawing the lines: FinTech’s growing influence on Financial Services" (PDF 20 pages en anglais).

Crédit image : ©Thomas Bartel DDC by ESIEA
Crédit image : ©Thomas Bartel DDC by ESIEA
Laurent Leloup
Fondateur & directeur des publications Finyear & Blockchain Daily News,
Auteur de "Blockchain, la révolution de la confiance"
Membre d'honneur du Cercle TURGOT.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

BLOCKCHAIN DAILY NEWS

Le quotidien Blockchain Daily News :
- Blockchain Daily News

Sa newsletter quotidienne :
- Blockchain Daily News Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Blockchain daily News, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Blockchain révolution.

Sa lettre mensuelle digitale :
- The Chief Blockchain Officer


FINYEAR

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

Sa newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation & Digital transformation.

Ses 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief Digital Officer

Finyear magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour choisir de recevoir un ou plusieurs médias Finyear

Friday, April 7th 2017
Rate it


New comment:

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Recevez la newsletter quotidienne

Conferences



Cryptocurrencies