Blockchain Daily News - DLT, token, ICO journal quotidien
Blockchain Dail Blockchain Dail
Blockchain Daily News - DLT, token, ICO, crowdsale journal
              

OneCoin n’est pas du tout un autre Bitcoin


OneCoin n’est pas du tout un autre Bitcoin.






David Teruzzi
David Teruzzi
Il y a deux mois environ j’ai participé gracieusement à l’ouvrage d’un nouveau livre Blockchain, la révolution de la confiance, un livre principalement informatif et accessible, écrit par Laurent Leloup.

J’y ai très modestement contribué avec deux petites pages sur la traçabilité des crypto-monnaies pour esquisser une comparaison entre la transparence du Bitcoin et les monnaies non-traçables, telles Z-Cash ou Monero : le bitcoin est au http ce que Z-Cash est au https (plus d’infos ici).

Le livre a fait appel à de nombreux autres acteurs de la sphère francophone: Vidal Chriqui, Pierre Noizat (Paymium, Luca Comparini (IBM), … William Mougayar, speaker au dernier EDCON, qui a aussi écrit le préface.

Une petite polémique est née ces jours-ci sur les réseaux sociaux concernant l’ouvrage: la page 59 contient une erreur manifeste qui va être corrigée dans la prochaine édition, selon les souhaits de l’auteur Laurent Leloup et de l’éditeur (Eyrolles). La pseudo crypto monnaie OneCoin y est présentée comme une monnaie normale blockchain-based (semblable au bitcoin et aux autres alt-coin) alors qu’elle est notoirement un scam du type chaîne de Ponzi.

Cet incident me donne l’occasion de tenter d’expliquer ici pourquoi OneCoin n’est pas une crypto monnaie comme le BTC et pourquoi il faut l’approcher avec une très grande méfiance.

Si vous tombez sur une offre OneCoin, je vous conseille fortement de vous renseigner afin de bien comprendre les différences entre OneCoin et les vraies crypto-monnaies avant tout investissement. Après quoi mon conseil est quand même de ne pas acheter un seul OneCoin.

*******************

Le schéma de Ponzi doit son nom à Charles Ponzi, un employé de bureau de Boston qui orchestra le premier cette arnaque en 1919. Pour rappel, Bernard Madoff, ancien président du Nasdaq, a été arrêté en 2008 pour avoir été à la tête d’une chaîne de Ponzi géante pour multi-millionnaires.

Comment ne pas tomber dans le piège et reconnaître une vraie crypto-monnaie ?

Règle numéro 1.

Si vous ne pouvez pas trouver le code-source et le white-paper du projet sur un repository public à la github, grosse alerte : le coin n’est pas publique. Demandez-vous comment l’on pourrait faire confiance à une crypto-monnaie dont personne ne connait ni les détails d’implémentation technique ni les fonctions cryptographiques utilisées (ni s’il y en a, d’ailleurs).

Règle numéro 2.

Si vous ne pouvez pas faire tourner sur votre PC le software peer-2-peer de la monnaie et de la blockchain qu’on vous propose, vous êtes très probablement face à un scam (ou à une blockchain consortium, mais celles-ci sont facilement identifiables, n’émettant pas de monnaie publique).

Règle numéro 3.

Si vous ne trouvez pas sur le net un explorer publique de la blockchain en question (comme ceux-ci: blockexplorer, blockchain.info, etherscan vous êtes très probablement encore face à un scam.

Règle numéro 4.

Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel et les baisses contribuent à l’équilibre et à la santé d’un marché. Si l’on vous propose des gains fulgurants en vous promettant une volatilité à sens unique direction la lune, méfiez-vous au plus haut degré.

Règle numéro 5.

Si vous ne pouvez pas trouver la monnaie qu’on vous propose sur au moins une des plateformes de crypto-échange (Kraken, Poloniex.. ), soit vous êtes face à un coin très jeune, soit à une fausse crypto monnaie.

Règle numéro 6.

Si on vous dit (avec OneCoin) que la blockchain est seulement temporairement fermée mais on vous garantit qu’elle sera ouverte au public dans un futur plus au moins proche, méfiez-vous quand même. Elle reste une BC 100% privée avec une promesse qui ne change rien à l’état des choses.

Il va de soi que OneCoin ne respecte aucune de ces règles.

*******************

D’ailleurs, plusieurs gouvernements et institutions ont émis (depuis longtemps) des avertissements. D’après Wikipédia :

- OneCoin étant né en Bulgarie, le 30 Septembre 2015, la Commission de surveillance financière de la Bulgarie (FSC) avait émis un avertissement de risques potentiels dans de nouveaux cryptocurrencies, citant Onecoin à titre d’exemple. Après cet avertissement, Onecoin a cessé toute activité en Bulgarie et a commencé à utiliser des banques étrangères pour gérer les virements des participants.
- En Hongrie, pour la Banque centrale, Onecoin est un système de vente pyramidale.
- En Chine, des membres et des investisseurs de OneCoin ont été arrêtés en 2016 et 30,8 millions de dollars US d’actifs ont été saisis.
- En Décembre 2016, l’Autorité italienne Antitrust a émis une injonction provisoire contre la société One Network Services Ltd et ses représentants italiens, décrivant leurs activités comme un « système de vente pyramidale illégal interdit par la loi » et leur a ordonné de cesser de promouvoir et de vendre Onecoin en Italie.
- Le journal britannique Mirror a écrit que OneCoin / OneLife est une escroquerie et a expliqué pourquoi OneCoin est sans valeur.
- Bitcoin.com a donné (en juin 2016) des preuves détaillées que Onecoin est une vaste escroquerie sous schéma de Ponzi.

La société et le système sont sur les listes d’observation de nombreuses autorités aussi en Finlande, Suède, Norvège et Lettonie.

*******************

Comment marche OneCoin.

Si dans le bitcoin on a deux catégories d’utilisateurs (le miners et les payers) dans OneCoin on en a une seule: les clients, qu’on appelle des affiliés indépendants.

Ces affiliés n’achètent pas des coins mais des paquets éducatifs de formation à la crypto-monnaie qui coûtent de 110 € à 27.500 €, plus le paquet ULTIMATE à 118.000 €, sans doute pour la crème de la crème.

Ces paquets contiennent de faux-jetons (ils ne sont nullement des crypto-tokens) qui donnent le droit de miner des OneCoin dans la blockchain OneCoin. Clairement, il n’y a pas de vrai mining compétitif, comme vous pouvez l’imaginer. Le mapping 1-to-many entre un jetons de minage et les OneCoin qu’il permet d’émettre se fait dans le privé des serveurs de la société (ou au mieux des partenaires) et pourrait se résoudre à une simple lecture dans une base de données des plus standard.

Notez la différence

- Dans le bitcoin les payers échangent entre eux et versent des fees aux miners (d’autres peers), qui récupèrent aussi les coins nouvellement émis selon des règles neutres et publiques. L’argent ne sort pas du réseau p2p et le protocole ne rémunère aucune société, ni privée ni publique.
- Dans OneCoin les clients échangent avant tout avec la Ltd OneCoin et lui versent des euros trébuchants en échange du droit de faire semblant de miner.

Noter que le ticket d’entrée ne consiste pas à acheter de l’hardware pour du mining complexe, à mettre à disposition ses compétences de développeur ou à investir directement via une plateforme de trading. On accède à OneCoin par la petite porte des formations à la monnaie afin d’obtenir le droit (en deuxième instance et indirectement) de ‘miner’ artificiellement ses pièces.

Petite porte, grandes dépenses, lorsqu’on voit les prix des paquets.

Comment justifier d’ailleurs l’écart d’une facteur 1000 pour le même service de formation ? Elles couvrent un intervalle de 100 à ~100.000€.

Je ne suis pas un juriste mais la question me brûle les lèvres: est-ce que ce détournement via les formations sert à éviter une vente directe de token, qui signifierait aussi la voie directe vers la prison ?

Plus les paquets achetés sont chers plus vous obtenez des OneCoin, mais aussi plus vous gagnez des Splits. Les Splits ont pour but d’actionner tôt ou tard ce mécanisme tant attendu et commun dans le monde de Ponzi qui double le montant de vos jetons (rien à voir avec le halving du bitcoin).

Maintenant, le tôt ou tard dépend de la vitesse à laquelle vous fédérez et introduisez de nouveaux clients dans le système… en plein style Ponzi. Pour bien suivre cela, OneCoin met à disposition de chaque affilié un baromètre de Split qui lui prédit le moment où son argent sera doublé.

Onecoin offre aussi un autre service dit CoinSafe. Comme une banque, la société verse des intérêts supplémentaires (12%) pour tout dépôt de OneCoin (lire de vos euros) que vous vous engagez à laisser dans un compte au moins 18 mois. Comment les OneCoins travaillent-ils dans le temps pour générer ces intérêts? cela reste à mes yeux un mystère: ses récompenses seraient de nouvelles émissions de OneCoin inscrites dans le protocole de leur BC privée ou alors le fruit de ces euros investis ailleurs? Personnellement, je n’ai pas compris.

*******************

On mesure ici la distance abyssale qui sépare les deux mondes : OneCoin d’un côté, Bitcoin + Alt-Coins de l’autre.

La sentence me parait claire et mon conseil est univoque: abstenez vous. Que ce soit pour y investir de l’argent qu’on ne reverra probablement jamais, ou pour devenir un membre du réseau OneLife, auquel cas on risque de se rendre complice d’une escroquerie.

Il y a tellement de vrais crypto-coins 100% publics, qu’ils soient

- bien établis (BTC, ETH) ;
- en cours de consolidation (ZEC, XMR, DCR) ;
- ou même très jeunes mais avec un fort potentiel (dernier en date byteball.

qu’il serait vraiment dommage de voir quelqu’un laisser son argent dans les méandres troubles d’une fausse crypto-monnaie qui de plus s’écroule sous le poids des avis négatifs des grands experts et des avertissements des institutionnels.

Lien vers l'article original.



David Teruzzi est rédacteur du blog blogchaincafe.com, spécialisé dans la blockchain et son univers.
Il est en même temps directeur technique et co-fondateur de blockchain-conseil.fr

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

BLOCKCHAIN DAILY NEWS

Le quotidien Blockchain Daily News :
- Blockchain Daily News

Sa newsletter quotidienne :
- Blockchain Daily News Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Blockchain daily News, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Blockchain révolution.

Sa lettre mensuelle digitale :
- The Chief Blockchain Officer


FINYEAR

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

Sa newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation & Digital transformation.

Ses 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief Digital Officer

Finyear magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour choisir de recevoir un ou plusieurs médias Finyear

Sunday, April 23rd 2017
Rate it


New comment:

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Recevez la newsletter quotidienne

Conferences



Cryptocurrencies